2016-2017
Chiffres clé

 

Les Restos du cœur ont opté pour un fonctionnement pyramidal pour favoriser une gestion efficace, efficiente et génératrice de moindres frais généraux. La bonne gestion des Restos a d’ailleurs été saluée à plusieurs reprises par la Cour des Comptes (en savoir plus).

 Fonctionnement

Le centre décisionnel des Restos est localisé à Paris. Il prend la forme juridique d’une association nationale dont les membres (environ 400), réunis annuellement en assemblée générale (AG), approuvent les comptes, le rapport moral et élisent un Conseil d’Administration (CA). Les membres du CA se composent d’au moins 2 membres de chaque association départementale. Ils désignent ensuite le Bureau composé de 8 membres comprenant notamment le Président et le Secrétaire général.

 

L’association nationale assure 5 fonctions principales :

  • la communication institutionnelle,
  • la recherche de fonds,
  • le support aux associations départementales pour la réalisation de leurs missions sociales (approvisionnement en denrées, support technique et financier pour les projets d’insertion, soutien au recrutement, à la formation et à l’animation…),
  • la gestion financière (gestion de l’association nationale mais aussi supervision de la gestion des associations départementales),
  • les moyens généraux (conduite de la politique informatique, gestion des ressources humaine salariées et bénévoles, aide à la gestion des locaux).

 

L’association nationale s’appuie ensuite sur 11 Antennes nationales qui se répartissent géographiquement les 118 associations départementales pour mieux relayer l’information, les accompagner  et favoriser des liens étroits. Chaque association départementale est liée à l’association nationale par un contrat d’agrément qui définit leurs obligations. Elle gère, anime et coordonne les activités sociales destinées aux plus démunis sur son territoire d’intervention. En fonction de ses capacités et de ses besoins, elle gère plusieurs centres d’activités (Centre distribution alimentaire, Restos Bébés du Cœur, chantier d’insertion, Jardin du Cœur, Toit du Cœur…).

 

Pour plus d’infos, rendez-vous sur le site national des Restos du Cœur.

 

Coluche - Restos du Coeur

 

Les Restos du cœur, comme dirait leur créateur, c’est « l’histoire d’un mec ». Un mec génial qui, en septembre 1985, a décidé de se servir de sa notoriété pour lutter contre ce qui le révulsait : des hommes, des femmes et des enfants ne parvenaient pas à manger à leur faim dans une société d’abondance, parfois de surabondance. Avec sa « petite idée » lancée sur Europe 1 et son ami Goldman qui la met en chanson, Coluche crée une nouvelle arme de combat contre la précarité. La première campagne d’hiver (1885) connait un incroyable succès : plus de 8 millions de repas servis et 5 000 bénévoles mobilisés.

 

Depuis son décès, l’action des Restos n’a cessé de s’intensifier. De la création du PEAD – Programme Européen d’Aide aux plus Démunis (1987) au lancement des concerts des Enfoirés (1989), en passant par la loi Coluche (1988), les Restos sont sur tous les fronts. Ils élargissent leur action dès les années 1990 ; le Camions du Cœur, les Relais du Cœur, les Toits du Cœur, les Jardins et les Restos Bébés voient le jour. Les années 2000 sont marquées par la volonté des Restos de se diversifier et de mieux se structurer afin de développer l’aide à la personne.

 

Pour leurs 20 ans, les Restos servent 75 millions de repas grâce au soutien de 48 000 bénévoles et 470 000 donateurs. La première collecte nationale est organisée. Les Restos n’ont, depuis, de cesse de lutter pour la préservation et la multiplication des mécanismes incitatifs pour les donateurs et les partenaires. Ils œuvrent également activement pour la reconnaissance de nouveaux droits au profit des plus démunis.

 

Les Restos du Cœur ont tristement célébré leurs 30 ans en 2015 en accueillant toujours plus de personnes démunies. Pour plus d’infos, rendez-vous sur le site national des Restos du Cœur.